Accueil -  Actualités - Yvelines : dialogue compétitif pour une smart city en milieu rural

Le 27/02/2018 à 17h

Yvelines : dialogue compétitif pour une smart city en milieu rural

Le Perray-en-Yvelines, situé à proximité de Rambouillet, prépare depuis quelques années une grande extension urbaine de 400 logements que la commune veut exemplaire. Performance énergétique, BIM et BIM urbain, concertation avec les habitants, smartgrid, logements collectifs sur pilots au plus proche de la gare, la commune veut ce qu'il se fait de mieux pour son nouveau quartier. Elle lance un dialogue compétitif pour la vente du foncier à opérateurs.

Dans l'arrière pays de l'OIN de Saclay, la Ville du Perray-en- Yvelines n'est pas à plaindre. Composée à 35% de cadres supérieurs et de professions intermédiaires, et de 25% de retraités, la ville compte 70% de maisons, et 50% de résidences avec cinq pièces ou plus. La commune est cependant à la traîne dans la construction de logements sociaux, qui ne totalisent que 6,3% des logements de la commune, même si la commune n'est pas soumise aux exigences de la loi SRU.

Yvelines : dialogue compétitif pour une smart city en milieu rural

Une smart grid à la campagne

Forte d'un taux de chômage réduit, et d'une croissance soutenue, la Ville a pris le temps de développer son grand projet urbain, avec l'objectif de réaliser un quartier entre identité rurale et développement urbain. Le quartier de la Perche aux Mares se veut compact, tout en préservant des vues sur le paysage forestier alentour, et proche de la gare, reliée à celle de Paris-Montparnasse par la ligne N du Transilien. Ce sera surtout l'occasion pour la commune de développer des logements très basse consommation, dans une programmation mixte comptant 35% de logements sociaux, pour permettre aux jeunes ménages d'entamer leur parcours résidentiel sur la commune.
En 2015, la commune a fait réaliser un plan guide par Métropole Architecture Paysage architecte, Urbino Développement AMO mandataire, et Basile Martin écologue, afin de poser les bases de cette extension urbaine.

> Lire sur Cadre de Ville : Yvelines Le Perray prépare l'urbanisation de 20 hectares de friches naturelles

Le projet d'urbanisation sur une vingtaine d'hectares a été lauréat de l'appel à projets de la région Île-de-France "100 futurs quartiers Innovants et Écologiques", en raison notamment de l'utilisation du numérique dans la conception et le suivi du nouveau quartier. Le projet prévoit ainsi la création d'une entreprise communale, la SAS Le Perray, chargée de la gestion de la consommation énergétique du futur quartier.
La commune note ainsi que "les relations entre l'opérateur d'infrastructure et la collectivité étant essentielle pour développer une véritable stratégie de transition énergétique et numérique, le Perray-en- Yvelines a créé sa propre structure, la SAS Le Perray Énergies." Cette structure doit devenir "l'agrégateur d'énergie sur le nouveau quartier". Sorte de régie numérique du territoire, elle mettra en relation l'intégralité des acteurs impliqués dans la conception et la gestion du quartier. La SAS équilibrera ainsi la production/gestion/distribution des réseaux de production d'électricité à l'échelle du quartier, et deviendra de facto gestionnaire de smart grid, et gèrera les données anonymisées y afférant.

Autonomie Énergétique, BIM urbain et maîtrise d'usage

L'ambition de la commune pour le quartier en termes de consommation énergétique est élevée : il s'agit d'atteindre le plus bas niveau de consommation possible afin que chaque îlot puisse atteindre une autonomie énergétique. Le programme qui y sera développé devra intégrer des questions de maintenance et de pilotage de la performance de la consommation énergétique, afin d'atteindre un objectif d'énergie positive. Les labels visés sont la certification Habitat et Environnement profil A, ou NF Logement/Habitat - démarche HQE. Les opérateurs intéressés devront proposer des solutions de gestion d'autoconsommation collective à l'échelle de l'îlot.
La conception n'est pas oubliée : le projet d'urbanisation intègre également l'usage du BIM et du CIM (ou BIM urbain) durant les phases de conception, afin de créer une maquette numérique du quartier. Une charte BIM sera communiquée aux opérateurs présélectionnés en phase de dialogue.
Les opérateurs devront également intégrer dans leur offre une solution pour développer la maîtrise d'usage dans le quartier, afin d'améliorer la formation, et l'information des futurs habitants à la consommation énergétique de leur bâtiment. Au niveau du montage, la commune souhaite développer une structure ad hoc, en charge de l'aménagement, qui sera constituée de l'ensemble des opérateurs choisis. La structure pourra prendre la forme d'une Société en Nom Collectif, société commerciale où toutes les dettes sociales sont réparties entre les membres de la société. Quant à l'aménageur, il s'agira de l'opérateur à qui sera attribué le lot le plus important (220 logements). Charge à lui d'acheter les terrains et de les revendre aux opérateurs, en suivant le plan guide réalisé par la commune.

Arnaud Paillard, journaliste à Cadredeville.com

ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées