Accueil -  Actualités - Orléans : comment faire exister la ville, aux abords d'un super-équipement ?

Le 04/10/2018 à 17h

Orléans : comment faire exister la ville, aux abords d'un super-équipement ?

La Métropole souhaite "inscrire l’Orléanais dans les 15 territoires qui comptent sur la carte de France à l’horizon 2030". Pour cela, elle a entre autres développé le projet CO'Met (Centre Orléans Métropole), qui rassemble salle de sports, palais des congrès, parc des expositions et Zénith. Le défi, aujourd'hui, est donc d'imaginer une stratégie économique et commerciale pour ses alentours.

Le projet CO'Met développé par Jacques Ferrier Architectes, Populous, Chaix et Morel, doit ouvrir ses portes dès 2021 et contribuer à faire entrer Orléans dans les rangs des métropoles "intenses", riches en marqueurs territoriaux et équipements de grande taille. On y trouvera un concentré de ces derniers, choses rares si l'on pense par exemple à Toulouse qui développe un parc des expositions sans miser sur le sport ou un zénith. Une salle sportive de 12 000 m² côtoiera un palais des congrès de 4 800 m², un parc des expositions agrandi de 16 000 m² et le Zénith d'Orléans laissé inchangé. Tous ces bâtiments seront modulables dans cet "assemblier", pour accueillir des grands événements cultures, des salons ou encore des rencontres sportives internationales.
Pour assurer son bon fonctionnement, les accès et le stationnement à ce secteur ont également été adaptés. Reste à savoir quelle mission confier aux secteurs avoisinants. La Métropole lance donc une étude sur les communes d'Orléans et d'Olivet afin de "dessiner les interactions, la perméabilité programmatique et de fonctionnement" de 4 secteurs en particulier : la zone commerciale des Chèvres Noires, le Auchan de Olivet, la ZA des Montées et enfin celle du Coigneau.

Orléans : comment faire exister la ville, aux abords d'un super-équipement ?

Les enjeux sur chaque secteur

Les Chèvres Noires pourraient s'intégrer dans une "séquence d'entrée dans la Métropole", en amont du CO'Met. En effet, ses 6 hectares accueillent depuis les années 80 des moyennes surfaces et montre plusieurs dysfonctionnements, pour partie liés à son âge. L'absence de plan marchand d'ensemble et le manque de visibilité des accès est en outre un obstacle à son attractivité. Le SCoT prévoit de la retravailler et de l'intégrer au sein du pôle commercial RD2020 Sud, mais ne prévoit pas d'autoriser de nouvelles implantations de plus de 1000 m² sur la zone. L'enjeu premier est de requalifier l'ensemble, et surtout d'imaginer une programmation en résonance avec le projet voisin, type hôtellerie ou restauration.
Le Auchan est l'un des moteurs du dynamisme du pôle commercial existant, mais son chiffre d'affaire décroît depuis plusieurs années. En outre, le groupe s'interroge quant à la sous-utilisation de son parking et de son foncier. La programmation devra donc se pencher sur ces questions ainsi que sur l'amélioration du traitement paysager de la zone, au sein de la ZPPAUP de la rivière du Loiret. Les deux zones d'activité, enfin, couvrent ensemble 31 hectares relativement dynamiques. La ZA du Coigneau sera directement connectée au parking de la CO'Met, et comprend en outre des équipements sportifs. C'est donc bien les interactions qu'il s'agit d'imaginer pour que chaque secteur nourrisse son voisin, afin de sortir de cet état de juxtaposition effective de morceaux urbains.

Camille BONAZZI, Journaliste à Cadredeville.com

ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées