Accueil -  Actualités - Le maire d'Argenteuil veut "reconquérir la Seine"

Le 02/05/2019 à 17h

Le maire d'Argenteuil veut "reconquérir la Seine"

Ces dernières années, la Ville a multiplié les marchés d'études stratégiques sur son avenir. Elle prend également part à de nombreuses initiatives métropolitaines et nationales, comme les concours Inventons la Métropole ou le NPNRU. Rencontre avec Georges Mauthron, qui détaille les grands axes de la stratégie de ses équipes, bien déterminées à mettre Argenteuil sur la carte de chacun, des investisseurs privés aux touristes étrangers.

Le maire d'Argenteuil veut "reconquérir la Seine"

CdV : Argenteuil a lancé ces dernières années plusieurs études sur son avenir à moyen-terme. Quelles sont les orientations du projet municipal qui en sortent ?

La logique de notre action actuelle est guidée par deux axes : reconquérir la Seine, le lieu de naissance de la ville, et porter un renouveau économique local appuyé sur deux axes, la cosmétique et la cybersécurité. Ces axes s’articulent en premier lieu sur deux secteurs géographiques, le centre-ville aux abords de la gare et le quartier de la porte Saint-Germain en bord de Seine.

Le lien entre Argenteuil et le fleuve était, il y a encore quelques décennies, évident et naturel – jusqu’à ce que l’A15 ne perce la ville et forme une barrière infranchissable pour les piétons. Les activités industrielles du bord de Seine ont dépéri et le quartier de la porte de Saint Germain regorge de friches – à dépolluer - sur lesquelles plusieurs projets se développent avec l’appui de l’Etat. Le secteur est en effet couvert par un CIN (contrat d’intérêt national), grâce auquel plusieurs études et partenariats ont pu être mis en place, et un secteur NPNRU d’intérêt régional.

Parmi eux, on trouve par exemple le projet IMGP des Vues sur Seine construit sur un terrain Yoplait, dont la première pierre sera posée cette semaine. Il était hors de question pour moi d’accepter un projet logistique sur ce site : je voulais accueillir de l’emploi et des logements, porter un secteur vivant. Et ce projet renforce voire pousse la dynamique que nous voulons porter. Le cahier des charges a été discuté avec les acteurs locaux qui sont rassemblés dans le Conseil économique d’Argenteuil - sur la base du volontariat. Et très vite, les acteurs de la zone ont refondu leur patrimoine pour anticiper la mutation à venir. L’usine Otis, devenue centre de formation et call center dans les murs industriels, a engagé sa réorganisation complète et déposé il y a quelques jours le permis de construire pour vendre cet ensemble, dont il n’utilisera plus qu’une partie.

Le quartier de la porte Saint-Germain est directement lié, par sa géographie et son fonctionnement, aux abords de la gare. Ce secteur devrait beaucoup évoluer lui aussi dans les années à venir, notamment avec la libération de l’emprise de la gare de triage. A l’inverse, nous sommes soucieux de conserver les grands quartiers pavillonnaires. Enfin, pour ce qui est de l’étude "Argenteuil 2030", elle rendra ses conclusions à l’été, et je me suis pour le moment tenu à l’écart des réflexions pour ne pas imposer mes idées.

CdV : En parallèle, vous avez aussi fait phosphorer un groupement emmené par des architectes sur les espaces urbains de la ville. Qu'en attendez-vous ?

En juin 2018, nous avons mandaté l’équipe Wilmotte & Associés, Citadia et Iris conseil pour définir une charte des espaces urbains. Ce travail doit permettre de révéler les richesses existantes et de reconnecter les différents quartiers de la ville entre eux. Les principes développés au fil du diagnostic et des réflexions seront traduits dès cette année dans les espaces que nous allons réaménager cette année et dans des plans guides pour plusieurs espaces emblématiques. (consulter la charte)

Le travail se concentre beaucoup sur ces quartiers au centre de nos efforts. Son ambition est de donner un vrai visage à la ville, de manifester l’unité via les mobiliers urbains et façades architecturales. Et c’est bien sûr à Porte Saint-Germain et aux abords de la gare qu’on trouve le plus de nouveaux projets et leurs façades.

Il ne s’agit pas seulement d’esthétique. Nous avons plusieurs projets pour développer le rayonnement culturel et touristique de la ville : l’animation des collines dont les parcs ont été livrés par la région il y a quelques années, l’installation d’un pôle patrimonial dans la maison de Monet que nous avons rachetée, l’installation d’un hôtel 4 étoiles aux abords de la gare, notre candidature comme lieu d’étape du tourisme fluvial ou encore la valorisation avec le diocèse des reliques de l’église d’Argenteuil (la tunique du Christ).

CdV : Pourquoi avoir rejoint la Métropole du Grand Paris alors que vous n'étiez pas situé dans son périmètre initial, et quelle place y trouvez-vous aujourd’hui ?

C’est d’abord une mauvaise expérience de l’intercommunalité, soldée par une dette de 100 millions d'euros en 7 ans, qui nous a poussé à choisir le rapprochement avec les communes des Boucles de Seine. D'ailleurs, sortir de cette intercommunalité ratée nous a permis de reprendre la main sur nos finances. Nous avons pu redresser les comptes en deux ans au lieu de trois comme le prévoyait le plan de redressement imposé par la Chambre régionale des comptes. Nous venons de voter un compte administratif en excédent, ce qui nous permet d'investir et de baisser la taxe foncière. Surtout, cela nous permet de donner des gages aux investisseurs qui regardent nos projets pour les berges de Seine. Nous allons construire un groupe scolaire par exemple sur un ancien terrain automobile et donc prendre en charge la dépollution du site - le principal défi sur ce secteur, qui complique les équilibres économiques.

Au-delà, nous voulions rejoindre une structure où nous aurions notre place dans les décisions, regagner nos compétences en matière de développement économique. La MGP donne un coup de boost à nos projets urbains et à notre positionnement territorial, elle nous permet d'attirer l'attention des investisseurs et de mieux travailler avec nos voisins directs. La traversée de la Seine entre Argenteuil et Gennevilliers est un bon exemple, pour diversifier les transports dans la commune par-delà la ligne J qui nous relie à Paris en quelques minutes.

Quant aux Boucles de Seine, elles pourraient au mieux être qualifiées de coopérative de villes. Le partage de compétences est réduit au strict nécessaire. La mutualisation est progressive, nous avançons par exemple sur la question du partage des logements sociaux programme par programme.

Propos recueillis par Camille Bonazzi

ARTICLES RECENTS :
Coûts du foncier : 50 propositions qui dérangent
Le 13/11/2019 à 14h

Coûts du foncier : 50 propositions qui dérangent

On aura rarement vu un rapport rentrer aussi vite en phase de mise en oeuvre. Le rapport du député Jean-Luc Lagleize apporte des outils aux élus et acteurs de terrain sur la question foncière. Ses sept points principaux font déjà l'objet d'une proposition de loi, cependant que des amendements sont présentés au projet de loi de finances 2020. L'idée d'une "prime à la constructibilité" pour les communes qui autorisent 100% des droits à construire de leur PLU par exemple... En Île-de-France, le rapport émet des préconisations pour le Grand Paris.

Lire plus
728 606  entreprises enregistrées