Accueil -  Actualités - Avenir du périphérique : des voies dédiées aux JOP 2024 pourront rester en héritage des voies réservées

Le 06/03/2020 à 09h

Avenir du périphérique : des voies dédiées aux JOP 2024 pourront rester en héritage des voies réservées

La Driea d'Île-de-France travaille à la création de voies dédiées sur le Réseau routier national non concédé d’Île-de-France qu'elle gère. Elle va notamment mettre à jour d'ici 2022 son schéma directeur des voies réservées aux taxis, transports en commun ou véhicules à faible émission. Les JOP, qui auront besoin d'un réseau de voies olympiques et paralympiques, pourraient permettre de tester en grandeur réelle la transformation d'autoroutes radiales, du boulevard périphérique et de voiries locales, qui pour certaines, pourraient être modifiées à long terme.

Avenir du périphérique : des voies dédiées aux JOP 2024 pourront rester en héritage des voies réservées

Les Jeux olympiques et paralympiques pourraient contribuer aussi à questionner l'avenir du périphérique - sur lequel on ne voit pas encore vraiment clair. En la matière, plusieurs initiatives ont émergé ces dernières années, comme le travail mené par le Forum métropolitain du Grand Paris, et celui de la mairie de Paris, qui mène des Ateliers du périphérique et des études, et a parallèlement décidé en décembre 2019 de financer Airparif pour équiper les voies rapides de nouveaux capteurs afin d'améliorer la connaissance en matière de fréquentation et de pollution. Il y a aussi tous les projets urbains qui réinventent de nouveaux usages sur ou sous le périphérique, comme celui de Bruneseau, ou encore ceux de Gare des Mines, Python-Duvernois, Porte de Montreuil et Bédier-Oudiné, qui ont pour première caractéristique d'être déjà habités...

Les JOP arrivent aussi au moment où le Réseau routier national non concédé d’Île-de-France géré par la Driea d'Île-de-France travaille à la création de voies dédiées en permanence ou en fonction des conditions de circulation aux transports en commun, taxis ou covoiturage/autopartage ou aux véhicules à faible émission souhaitée par les acteurs franciliens de la mobilité. Un schéma directeur des voies réservées a été établi en 2014 et est "en cours d'actualisation", explique la Driea. Ce "cadre régional renouvelé fixera notamment les orientations des prochains projets" - cette mise à jour débutera "mi 2020 et devra s'achever en 2022". Parallèlement, des travaux d'opérations déjà étudiées pourront être lancés et de nouvelles études commandées, en réponse à "une volonté politique forte de développer ce type de voies".

Un réseau de voies olympiques et paralympiques

Ce contexte de développement de voies dédiées est aussi "jugé pertinent pour contribuer au bon déroulement des Jeux olympiques". Lesquels auront donc leur réseau de voies olympiques et paralympiques, qui empruntera les principales autoroutes radiales et franciliennes afin d'assurer la desserte depuis les aéroports et jusqu’aux sites franciliens, ainsi que le boulevard périphérique et les voiries locales afin de desservir les différents sites hôtes de la famille olympique.

Ces voies réservées pourront être de deux types :

• les voies dédiées en héritage, qui devront être conçues pour répondre à la fois aux objectifs fixés par Paris 2024 mais aussi à une logique d'héritage - réserver une voie existante à une catégorie spécifique d'usagers.

• les voies dédiées temporaires, qui seront utilisées seulement pour la période des JOP et restituées à leur état initial à la fin des Jeux - en la matière, la Driea suggère des propositions techniques financièrement acceptables, la location de matériel pouvant être une piste de réflexion.

Imaginer la création de voies alternatives

Il s'agit donc maintenant d'imaginer la création de ces deux types de voies, depuis le diagnostic jusqu'au suivi de réalisation des travaux sur le réseau identifié. L'opération impacte une très grande partie du réseau et devra donc faire l'objet d'une coordination étroite avec les exploitants des différents secteurs géographiques.
Dans le détail, le réseau des voies olympiques et paralympiques est estimé comme tel :

• pour les autoroutes : l’A1 entre l’aéroport Charles de Gaulle et la porte de la Chapelle (desservant également les villages des athlètes, médias, le stade de France ou le CAO (centre aquatique olympique)), les autoroutes A12 et A13 jusqu’aux sites localisés dans les Yvelines (golf, vélodrome, château de Versailles…), l’autoroute A86 jusqu’au stade Yves du Manoir, l’autoroute A4 jusqu’à la base de Vaires-sur-Marne et l’autoroute A6 ponctuellement pour la desserte de l’aéroport.

• pour les voies parisiennes : le boulevard périphérique entre la porte de Versailles et la porte de Bercy (en passant par le Nord), le quai de Bercy entre la porte de Bercy et l’Accor Hôtels Arena, les voies de l’Ouest parisien situées entre la porte de Maillot et les sites de la zone "Paris Centre" (Trocadéro, Champs de Mars, Grand Palais, Invalides…).

Le calendrier est contraint : la notification du marché de maîtrise d'œuvre et d'assistance à maîtrise d'ouvrage interviendra en mai 2020 ; les études préalables et de maîtrise d'œuvre seront rendues en janvier 2022 ; les travaux de réalisation auront lieu jusqu'en septembre 2023 pour une phase de test jusqu'en décembre 2023 et une livraison finale de ces voies dédiées au 1er janvier 2024. L.R.

Lucie ROMANO, rédactrice en chef adjointe de Cadredeville.com

ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées