Accueil -  Actualités - Structurer l'aménagement des Pays de la Loire, sans Notre-Dame-des-Landes : le défi du SRADDET

Le 16/11/2018 à 09h

Structurer l'aménagement des Pays de la Loire, sans Notre-Dame-des-Landes : le défi du SRADDET

Dans le cadre de l'élaboration du Schéma Régional d’Aménagement de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET) - lancé fin 2016 mais interrompu par l'abandon du projet d'aéroport -, la Région lance une démarche prospective "ma région 2050". Un travail important, car le projet d'aéroport "a structuré plusieurs décennies d'aménagement" - et qu'il faut donc rassembler tous les acteurs du territoire autour d'un nouveau projet de territoire. Le Conseil régional a désigné son AMO et l'équipe chargée de l'évaluation environnementale du projet.

Structurer l'aménagement des Pays de la Loire, sans Notre-Dame-des-Landes : le défi du SRADDET

Les schémas régionaux sont toujours l'occasion de rassembler les acteurs de l'aménagement autour d'ambitions communes pour le territoire. Le travail d'élaboration du SRADDET des Pays de la Loire ne déroge pas à cette règle. Mais la Région fait face à un défi particulier. Les régions ont jusqu'à l'été 2019 pour se doter de ce document selon la loi NOTRe, mais l'élaboration du schéma des Pays de la Loire a été interrompue avec l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. La Région a donc obtenu un report de son adoption à la fin 2020, car il y a beaucoup à reprendre.

Des bases déjà posées

Une large concertation territoriale avait déjà débutée. La Région revendiquant "privilég[ier] l'incitation à la contrainte" dans "une association des acteurs qui va au-delà des obligations légales", elle avait travaillé pour bâtir une stratégie qui fasse consensus - et un document suffisamment souple pour s'adapter à l'évolution des enjeux locaux.
Un premier diagnostic du territoire a été établi en octobre 2017 par l'agence régionale Territoires d'innovation, alimenté pour partie par des groupes de travail spécifiques. Ainsi la question de l'équilibre territoriale et du désenclavement des territoires ruraux, conjugué à une exigence de gestion économe de l'espace, avait fait l'objet d'une concertation thématique. Laquelle donnait lieu à des réflexions sur la notion de "grand territoire" et des échelles de structuration de la région, d'interaction entre les acteurs locaux. Sans aéroport, les dynamiques de ce désenclavement sont à repenser, et les territoires de la Région également.

Renouveler l'exercice

La Région souhaite donc relancer une dynamique. 'Ma Région 2050' se veut être une démarche prospective globale, impliquant aussi bien les maires que la population grâce à un site internet dédié lancé au premier trimestre. Du foisonnement d'idées et de contributions, il faudra bien sûr tirer un diagnostic et des objectifs généraux : c'est cette responsabilité que la Régiona confié à son groupement AMO, Rouge vif territoires, Cabinet Landot et associés et Futuribles. Ce groupement devra nourrir ces réflexions d'une étude prospective d'ampleur, intégrant l'articulation des ambitions régionales avec celles des régions limitrophes du grand ouest. I Care & Consult et Ecosphère réaliseront eux l'évaluation environnementale du SRADDET.
C'est un travail de réflexion et de concertation sur ce que peut et veut être le territoire à l'horizon 2050 qu'il s'agit d'accompagner et de nourrir. Mais c'est aussi un travail de démonstration auprès de tous les acteurs de 'la valeur ajoutée de l'outil SRADDET dans son orientation des documents de planification concernés'. Il ne s'agit de rien de moins que '[d']assurer une vision unifiée', et comprise par tous y compris le grand public grâce à une synthèse pédagogique.

Camille BONAZZI, journaliste de Cadredeville.com

ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées