Accueil -  Actualités - Un marché public ne peut être annulé en raison d’une erreur de prix

Le 29/11/2018 à 17h

Un marché public ne peut être annulé en raison d’une erreur de prix

Le prix dans les marchés publics est un sujet délicat puisqu’il engage les deniers publics. Si auparavant les acheteurs devaient choisir « le moins-disant », autrement dit le candidat qui proposait les prix les plus bas, leur choix doit désormais se porter sur « le mieux-disant », celui qui propose le meilleur rapport qualité/prix. Toutefois, si l’acheteur venait à choisir un candidat qui a proposé un prix erroné, quels seraient les moyens d’actions contre un contrat qui engage les deniers publics ? Le Conseil d’Etat s’est récemment prononcé sur la question.

Un marché public ne peut être annulé en raison d’une erreur de prix

Dans un arrêt du 9 novembre 2018, la Haute juridiction administrative a effectivement tranché un litige relatif à la légalité d’un marché dont les prix annoncés par le candidat étaient faussés.
Retour sur les faits : la caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) avait conclu avec la société Cerba un marché relatif à la fourniture de kits de dépistage du cancer colorectal et aux analyses des résultats de ces tests. Cinq sociétés dont les offres n’ont pas été retenues ont alors saisi le tribunal administratif (TA) de Paris d’une demande d’annulation de ce marché. Selon elles, ce marché était illégal car la société choisie avait proposé des prix hors taxes alors que la TVA était applicable. Si le TA a rejeté leur demande, la cour administrative d’appel (CAA) y a fait droit, estimant que l’absence de TVA avait vicié le consentement de la CNAM.
Pour rappel, le vice du consentement fait partie des rares justifications permettant au juge d’annuler un marché public.
Le Conseil d’Etat n’a toutefois pas suivi le raisonnement de la CAA. Bien qu’il ait confirmé que les prix étaient faussés car exemptés à tort de TVA, il a estimé qu’une telle erreur ne pouvait être considérée comme un vice du consentement. Dès lors, les juges d’appel ne pouvaient valablement annuler ce marché. Les juges de cassation ont donc annulé l’arrêt de la CAA.
Cette décision est importante car elle admet qu’un contrat financé par de l’argent public poursuive son exécution, alors même que l’erreur de prix a engendré un dépassement du montant des crédits budgétaires alloués. Notons que dans cette affaire, l’objet du contrat a nécessairement fait pencher la balance, le cancer colorectal étant l’un des plus meurtriers en France. L’équilibre entre intérêt général, stabilité des relations contractuelles et gestion des deniers publics n’est donc pas une mince affaire.

L’Apasp
Référence : CE, 9 novembre 2018, n°420654
http://arianeinternet.conseil-etat.fr/arianeinternet/getdoc.asp?id=214712&fonds=DCE&item=1

ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées