Accueil -  Actualités - Quand un aménageur organise le réemploi des matériaux de démolition

Le 04/04/2019 à 16h

Quand un aménageur organise le réemploi des matériaux de démolition

La SPL de Bordeaux Métropole a signé un accord-cadre de cinq ans avec un groupement de quatre associations locales spécialisées dans le réemploi. Celles-ci interviennent en amont des chantiers de démolition pour collecter et donner une seconde vie aux matériaux récupérés. Pour des raisons d’assurance le réemploi se limite aux éléments non structurels.

Quand un aménageur organise le réemploi des matériaux de démolition

La Fab, SPL de Bordeaux Métropole, pilote deux démarches territoriales de grande ampleur : « 50 000 logements autour des transports collectifs qui, comme son titre l’indique, vise à produire des milliers de logements abordables pour accompagner l’extension de la zone dense, et « Aménagement Eco », destiné à conserver un tissu dynamique de PME et PMI en cœur de ville, au moment où les prix du foncier s’envolent.

Le patrimoine bâti présent sur les parcelles acquises dans le cadre de ces deux démarches fait ou va faire l’objet de chantiers de démolition. « Vu l’importance des volumes de matériaux de démolition générés par nos opérations ou celles des opérateurs privés, nous nous sommes posé la question de leur réinjection dans un second cycle de vie », expose Jérôme Goze, directeur général délégué de la Fab. C’est ainsi que la Fab a demandé en 2017 à Cancan, un collectif bordelais d’une vingtaine d’architectes engagés dans une démarche de création solidaire, d’évaluer le potentiel global de recyclabilité et de réemploi des matériaux issus des chantiers de démolition en cours et à venir, « ainsi que la possibilité de leur récupération par des acteurs de l’Économie sociale et solidaire », complète Jérôme Goze.

L'étude du potentiel a été conclusive

A l’issue de cette étude complète conclusive, une démarche expérimentale d’économie circulaire a été lancée en janvier 2019 à travers la signature d’un accord-cadre de cinq ans avec un groupement de quatre associations bordelaises actives sur le marché du réemploi : Soli’Bât Aquitaine (les compagnons bâtisseurs), Maison Système, Etu’Récup et D’éco Solidaire.

Le modèle de l’accord-cadre, passé avec l’aide d’un juriste en « procédure adaptée ouverte avec négociation inférieure à 25 000 € », est simple : « Les associations utilisent pour leurs propres besoins ou pour les revendre les matériaux qu’elles récupèrent, mais elles ne sont pas rémunérées par l’aménageur », précise Aurélie Héraut responsable de projet « réemploi et recyclage » à la Fab. Les chantiers de démolition leur sont rendu accessibles grâce à une « clause de réemploi » insérée dans les protocoles fonciers et les conventions de partenariat conclus entre la Fab et les opérateurs privés. « Les associations effectuent leur collecte soit directement, pendant la phase de déconstruction sélective qui précède la démolition pure, soit indirectement, en récupérant les éléments mis à disposition par l’entreprise de démolition », poursuit Aurélie Héraut.
A ce jour, une quinzaine de sites (sur six opérations d’aménagement) comprenant des démolitions sont identifiés. La récupération s’y limite aux éléments non structurels (menuiseries, éléments de couverture, équipements de plomberie/sanitaire...), « pour des questions essentiellement assurantielles, », précise Jérôme Goze.

Les premiers retours sur la pertinence de cette démarche expérimentale sont attendus à l’automne 2019. « Nous évaluerons notamment l’impact de l’intervention des associations sur les plannings de chantiers de démolition », conclut le directeur.

Olivier Baumann, journaliste de Cadre de Ville

ARTICLES RECENTS :
La Ville de Paris veut mettre à jour et clarifier l'esthétique des espaces publics
Le 24/11/2020 à 16h

La Ville de Paris veut mettre à jour et clarifier l'esthétique des espaces publics

Dans ce nouveau mandat qui s'ouvre, "nous ressentons le besoin, pour faire face aux nouveaux enjeux des usages de la ville, de réfléchir sur ce sujet du design urbain dans sa dimension d'espace public", explique Emmanuel Grégoire. Il inscrit son action dans la longue tradition parisienne du débat autour de ce que doit être l'esthétique des places, des rues et des jardins parisiens.

Lire plus
767 938  entreprises enregistrées