Accueil -  Actualités - Saint-Étienne : une maîtrise d'œuvre urbaine pour le centre-ville

Le 27/06/2019 à 18h

Saint-Étienne : une maîtrise d'œuvre urbaine pour le centre-ville

La Ville de Saint-Étienne, Saint-Étienne Métropole et l'Établissement public d'aménagement de Saint-Étienne ont choisi Mutabilis Paysage et urbanisme, Girus et Studio Dièse, au terme d'un an de négociations, comme maîtrise d'œuvre urbaine pour l'ensemble du centre-ville, afin de garantir la cohérence des interventions à venir, à l'heure où celle-ci se multiplient dans une ville en renouvellement.

Saint-Étienne : une maîtrise d'œuvre urbaine pour le centre-ville

La ville centre de l'agglomération de Saint-Étienne perd des habitants au profit des communes périphériques. Forts de ce constat, les acteurs du projet urbain stéphanois ont depuis longtemps identifié l'attractivité du centre-ville comme l'un des enjeux majeurs du renouveau de Saint-Étienne. Diverses études relatives à sa composition urbaine, à son dynamisme commercial, à l'avenir de ses équipements ont été conduites, et ont conclu sur la nécessité de le rendre attractif pour inverser la tendance.

Le diagnostic est connu : le réseau de places et placettes souffre d'un manque de lisibilité, et ne sont que des lieux de passage qui n'incitent pas à la flânerie. L'offre commerciale et vieillissante, mal calibrée, en concurrence frontale avec les grands centres commerciaux de périphérie. Le résultat : une vacance commerciale qui s'est sensiblement dégradée. La vacance résidentielle n'est pas en reste, et s'élève à près de 10%, conséquence de la déprise démographique qui a créé une suroffre de logements, qui constitue un stock de logements dégradés et dévalorisés, tirant le marché vers le bas et attirant des marchands de sommeil peu scrupuleux.

> Lire sur Cadre de Ville : Saint-Étienne : changement de maîtrises d'œuvre urbaine sur les projets de l'EPA

En parallèle, de nombreux projets d'aménagement d'espaces publics sont envisagés, notamment dans le cadre du NPNRU en réflexion, qui concerne une part du centre-ville. Des projets isolés concernent enfin des friches qui se libèrent au coup par coup sur le centre-ville, comme l'ancienne Comédie, qui a été déménagée sur le secteur de projet de la Manufacture en 2017, ou l'immeuble de grande hauteur de la sécurité sociale, immeuble de 25 000 m² en plein cœur de ville.

Alors que l'EPASE travaillait avec l'atelier de Ville en Ville, maître d'œuvre urbain pour le quartier autour de la place Jacquard, la partie du centre-ville que l'établissement réaménage, la Ville et la Métropole se joignent cette fois à l'établissement pour former un groupement de maîtrise d'ouvrage, confié à Mutabilis Paysage et urbanisme, Girus et Studio Dièse, afin de concevoir l'attractivité du futur centre-ville de façon intégrée et cohérente.

Agir sur les espaces publics, le commerce et l'habitat

Les actions des pouvoirs publics pour rendre le centre-ville de Saint-Étienne attractif sont tricéphales : il s'agit d'agir sur les espaces publics, sur le commerce, et sur l'habitat. L'équipe emmenée par Mutabilis pourra compter avec les actions entreprises avec l'Anru sur la porte d'entrée Ouest de la ville, le secteur Tarentaize-Beaubrun-Couriot, qui comprend de nombreux sites pour lesquels l'avenir reste incertain, comme l'IGH de la CPAM, ou le parking des Ursules, qui devait sous la précédente mandature être déconstruit par l'EPASE pour développer une offre commerciale complémentaire.
Dans la continuité d'une étude produite en 2017 par le groupement Coloco - Gilles Clément sur la mise en place d'une trame verte et bleue à Saint-Étienne, l'équipe de maîtrise d'œuvre est chargée d'élaborer et mettre à jour un plan guide général pour l'intégralité du centre-ville de Saint-Étienne, de mener les études urbaines et pré-opérationnelles du centre-ville, d'en assurer le suivi opérationnel, et d'assurer la maîtrise d'œuvre des espaces publics. Un travail de mise en cohérence architecturale encore inédit à Saint-Étienne.

Camille BONAZZI, journaliste de Cadre de Ville

ARTICLES RECENTS :
Délit de favoritisme : l’épée de Damoclès est toujours là
Le 08/07/2020 à 10h

Délit de favoritisme : l’épée de Damoclès est toujours là

A un moment où, contexte économique et sanitaire oblige, les acheteurs publics ainsi que les rédacteurs des textes applicables à la commande publique sont plutôt à la recherche d’un assouplissement, au moins temporaire, des règles et procédures, la Cour de Cassation vient de rappeler l’existence des sanctions pénales qui sont toujours bien présentes dans le paysage des marchés publics et des concessions. Faut-il pour autant s’en émouvoir et craindre une recrudescence des condamnations pour délit de favoritisme mais aussi prise illégale d’intérêts ? Paradoxalement, rien n’est moins sûr...

Lire plus
756 598  entreprises enregistrées