Accueil -  Actualités - Variantes à tout prix !

Le 25/10/2019 à 10h

Variantes à tout prix !

Lorsqu’une entreprise répond à un marché public, la solution qu’elle propose dans son offre doit correspondre aux exigences de l’acheteur public. Dans les documents de la consultation, le pouvoir adjudicateur indique son besoin et les moyens qu’il souhaite voir mis en œuvre pour y répondre (choix des matériaux, technique de réalisation, etc.).

Variantes à tout prix !

Lorsqu’une entreprise répond en se tenant strictement aux exigences du cahier des charges, elle fournit une offre de base. Toutefois, selon le type de marché public, l’opérateur économique peut aussi proposer des variantes. Les variantes sont définies par la jurisprudence comme « des modifications, à l’initiative des candidats, de spécifications prévues dans la solution de base décrite dans les documents de la consultation ». Le candidat peut alors proposer des solutions différentes, ce qui peut être une réelle plus-value pour la qualité des prestations à réaliser.

Toutefois, les variantes ne sont pas toujours autorisées. En effet, dans le cadre d’une procédure formalisée initiée par un pouvoir adjudicateur, les variantes sont interdites, sauf mention contraire dans l’avis de marché. En revanche, dans les marchés publics passés en procédure adaptée (MAPA), les variantes sont autorisées, sauf mention contraire dans l’avis de marché. Lorsqu’une procédure, formalisée ou adaptée, est lancée par une entité adjudicatrice, les variantes sont autorisées par principe, sauf mention contraire.
Les candidats doivent donc être attentifs sur le régime des offres variantées prévu dans les documents de la consultation. Récemment, le Conseil d’Etat a d’ailleurs jugé une affaire relative à la possibilité de présenter des variantes sans offre de base.

Retour sur les faits

La commune de Sainte-Marie-aux-Chênes avait lancé une procédure adaptée pour la construction d’un hall sportif. Candidate évincée, la société BGC avait demandé au tribunal administratif (TA) de Strasbourg d’annuler ce marché ainsi qu’une indemnisation de près de 110.000 euros en réparation du préjudice subi de son éviction qu’elle jugeait irrégulière. Si le TA a condamné la commune à verser près de 90.000 euros à la société BGC, la cour administrative d’appel (CAA) de Nancy a annulé ce jugement. La société évincée a alors saisi le Conseil d’Etat d’un pourvoi en cassation.

Dans cette affaire, la société BGC avait proposé trois offres variantées, « portant sur différents matériaux et coloris du bardage du hall sportif », mais aucune offre de base. Bien que le marché en question était un MAPA, le Conseil d’Etat a refusé qu’une entreprise ne puisse présenter que des variantes. En effet, le règlement de la consultation indiquait clairement que la notation du critère prix s’effectuerait « sur l’offre de base, puis sur l’offre de base + options, puis sur l’offre variantée ». Selon le Conseil d’Etat, les variantes étaient ici autorisées mais la présentation d’une offre de base était aussi obligatoire. L’absence d’offre de base ne permettait pas à la commune d’évaluer les offres tel qu’elle l’avait prévu dans son règlement de la consultation. Le Conseil d’Etat a donc rejeté le pourvoi de la société évincée et confirmé l’arrêt de la CAA, celle-ci ayant eu raison de considérer que dans cette affaire, la présentation de variante était subornée à celle d’une offre de base.

L’APASP
Référence : CE, 20 septembre 2019, n°421317
https://www.conseil-etat.fr/fr/arianeweb/CE/decision/2019-09-20/421317

ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées