Accueil -  Actualités - Stéphanie Jannin : "A Montpellier, nous fédérons une identité locale autour de la question de la transition écologique"

Le 29/10/2019 à 15h

Stéphanie Jannin : "A Montpellier, nous fédérons une identité locale autour de la question de la transition écologique"

L'adjointe au maire déléguée à l’environnement, au développement durable, à la biodiversité et au climat présente à Cadre de Ville le bilan des deux premières phases de la démarche Ecocité sur le territoire de Montpellier Métropole. L'occasion de revenir sur la construction de la démarche volontariste et partagée en matière d'adaptation d'une agglomération qui a protégé les deux tiers de son territoire pour les vingt prochaines années.

Stéphanie Jannin : "A Montpellier, nous fédérons une identité locale autour de la question de la transition écologique"

La première phase du programme Ecocité, qui a fait l'objet d'une journée d'échanges à laquelle Cadre de Ville était associée ce lundi, s'est terminée en 2016. Quel est le bilan de ce programme, et quelles sont les opérations que vous avez poursuivi lors de la seconde phase ?
Le programme a contribué à hauteur de 15 millions d'euros à la réalisation de grands projets, à commencer par la 4e ligne de tramway et le projet de Montpellier à la Mer sur trois communes - à hauteur de 9 millions d'euros. Ces subventions ont permis d'aller très loin sur les thématiques qui concernent la transition énergétique et de traduire concrètement la vision prospective à l'échelle métropolitaine "Montpellier Territoire" . Mais aussi d'alimenter cette dernière, car nous avons rebattu les cartes au début de cette mandature.

Il est crucial de faire l'aller-retour entre les échelles. Nous avons d'ailleurs voté le Plan climat en février. Chaque pièce, chaque projet, chaque plan alimente l'autre.

L'accompagnement Ecocité a aussi contribué à la réalisation de la centrale trigénération de Port Marianne, qui alimente 1,6 million de m² grâce au réseau chaud/froid, confiée à Energie du Sud, filiale de la Serm. Nous avons également construit deux groupes scolaires Bepos. Et enfin, parce qu'encore une fois il s'agit de jouer sur toutes les échelles, nous avons mis en place un grand dispositif de sensibilisation aux gestes éco-responsables "GD6D". Nous voulions aller jusqu'à l'échelle citoyenne grâce à ce programme de plusieurs semaines portant aussi bien sur l'éco-énergie, sur la ventilation naturelle, que sur la gestion des déchets, qui a touché plus de 6 000 foyers.

Revenons au projet Montpellier à la Mer. Quels sont les enjeux environnementaux qui ont particulièrement guidé vos décisions ?
Montpellier a plusieurs particularités : nous avons la plus forte croissance démographique de France, mais la biodiversité exceptionnelle de notre territoire, que nous voulons préserver, est présente jusqu'aux portes de la ville car nous n'avons jamais eu une croissance concentrique. Enfin, notre territoire est particulièrement vulnérable, notamment face à la montée des eaux et aux pluies cévenoles. La gestion hydraulique est donc au cœur même de notre projet de développement urbain "de Montpellier à la Mer", car le quartier est à la jonction des différents enjeux. Typiquement, nous avons créé des grands parcs urbains, qui servent de bassins de rétention et permettent de joindre l'utile à l'agréable dans la ville.

Dans le quartier Ode à la Mer à Lattes, l'un des morceaux du projet, la déconstruction d'une zone commerciale va entrer en phase opérationnelle. Il s'agit d'une première en France. L'idée du projet conçu par Bernard Reichen est de redonner à la nature cet espace construit en zone inondable afin qu'il redevienne un bassin de rétention. Ce projet n'est pas né du déclin économique mais bien d'une réflexion sur la gestion du grand cycle de l'eau sur ce morceau de territoire. Le site était un point rouge sur les cartes du risque inondation, nous nous y attaquons. La zone commerciale elle-même va être entièrement reconstruite à une centaine de mètres, à côté d'un arrêt de tramway, au sein d'une zone mixte avec des bureaux - ce site étant dans le cône du bruit de l'aéroport il ne pouvait y avoir de logements en phase 1, ils devraient venir en phase 2. Dans son ensemble, ce quartier s'engage pour dix ans de travaux, principalement en renouvellement urbain.

Quels sont vos réalisations pour la phase 2 du projet Ecocité, qui s'est déroulée de 2015 à 2017 ?
Cette phase, outre la continuation des projets engagés, a été centrée sur la rénovation thermique des copropriétés. Il s'agit, partout en France, d'un défi pour les politiques publiques. Or, il est particulièrement important pour Montpellier de parvenir à jouer sur les émissions des bâtiments. Nous n'avons en effet pas d'industrie dans notre territoire donc la réduction des émissions, pour nous, passe par un effort massif en direction des transports et du bâtiment. Les financements Ecocités nous ont permis d'accompagner des copropriétés à l'aide à la décision puis aux travaux - aussi bien grâce à du financement direct qu'à un accompagnement technique.

Environ 1 000 logements s'engagent donc vers un objectif de rénovation BBC, dans une dizaine de copropriétés pour le moment. Il y a aussi bien sûr un enjeu social fort dans de tels chantiers, qui doivent permettre de réduire le coût de l'énergie et lutter contre la précarité énergétique, l'un des indicateurs de précarité les plus importants aujourd'hui. Cet engagement nous permet aussi d'apporter un soutien aux entreprises locales, d'accompagner leur montée en compétences non délocalisables.

Comment s'est construit cette démarche durable ?
La démarche qui a mené à la rédaction de Montpellier Territoire a commencé dès 2014, en parallèle de notre passage en Métropole. La loi ne rendait pas automatique cette évolution à Montpellier, nous avons donc souhaité le faire sur la base d'une vision et d'un projet partagés. Nous tenions à poser un socle de valeurs partagées, un socle aussi fonctionnel que possible pour irriguer les politiques publiques et l'élaboration à venir des différents documents comme le Scot, le PLH, le Plan climat, etc. Et dès l'origine la transition écologique était un souci fort.

Les échanges avec Philippe Saurel remontent sur ces questions à 2009/2010. Le fait que nous soyons issus d'une liste citoyenne/divers gauche/écologiste n'y est pas pour rien. C'est une conscience locale construite pas à pas, et ce "socle" a été voté par tous les maires de la Métropole après un travail de co-construction rassembleur. Résultat, nous nous sommes engagés à protéger les deux tiers de notre territoire pour les vingt années à venir, ce qui nous conduit à travailler sur le renouvellement urbain de notre territoire et non l'expansion urbaine.

Le président de la Métropole, Philippe Saurel, a présenté à l'ONU le 19 septembre le Manifeste de Montpellier (des engagements durables). Vous avez également accueilli le Pacte de Milan du 7 au 9 octobre (sur la politique alimentaire et urbaine). Ces tribunes internationales montrent que votre démarche et vos projets raisonnent par-delà vos frontières.
Oui ces années de réflexions ont abouti à ce Manifeste de Montpellier qui présente, sur la base des 17 ODD (Objectifs de développement durable) de l’ONU, nos 5 ambitions, nos 30 engagements et nos leviers d’actions déjà déployés ou en cours - une démarche et un engagement que nous valorisons au niveau international à l'ONU et en accueillant le Pacte de Milan et en leur présentant notre vision pour le territoire dans le pavillon dessiné par Jean Nouvel situé place de la mairie. Ce Manifeste s'inscrit dans la lignée de l'agenda 2030 et sa traduction au niveau local, et fédère une identité locale autour de la question de la transition écologique.

Propos recueillis par Camille Bonazzi, journaliste de Cadre de Ville, le 10 octobre 2019

https://www.cadredeville.com/announces/2019/10/15/stephanie-jannin-bilan-ecocite-montpellier

ARTICLES RECENTS :
Coûts du foncier : 50 propositions qui dérangent
Le 13/11/2019 à 14h

Coûts du foncier : 50 propositions qui dérangent

On aura rarement vu un rapport rentrer aussi vite en phase de mise en oeuvre. Le rapport du député Jean-Luc Lagleize apporte des outils aux élus et acteurs de terrain sur la question foncière. Ses sept points principaux font déjà l'objet d'une proposition de loi, cependant que des amendements sont présentés au projet de loi de finances 2020. L'idée d'une "prime à la constructibilité" pour les communes qui autorisent 100% des droits à construire de leur PLU par exemple... En Île-de-France, le rapport émet des préconisations pour le Grand Paris.

Lire plus
728 380  entreprises enregistrées