Accueil -  Actualités - Petite Île à La Réunion questionne son avenir à dix ans

Le 26/04/2021 à 15h

Petite Île à La Réunion questionne son avenir à dix ans

La SPL Grand Sud veut aboutir à un schéma de secteur du centre-ville élargi pour cette commune située dans le sud de La Réunion, à l'est de Saint-Pierre. Elle ouvre par ailleurs une réflexion sur la suite de la ZAC Cambrai entamée en 1991.

Petite Île à La Réunion questionne son avenir à dix ans

Au sud de La Réunion, la commune de Petite Île veut réaliser son schéma directeur pour les dix années à venir, pour définir des actions d’aménagement sur des espaces structurants pour son développement, en particulier en s'appuyant sur le plan de circulation et les mobilités douces, la ZAC Cambrai, le cœur du village où les centralités sont à réinterroger, les équipements structurants, le pôle d'échanges (des études préalables sont menées par la Civis), sans oublier les perspectives en matière de peuplement.

Un premier volet consiste à étudier le positionnement économique des commerces de la commune et a proposé un plan d'actions pour la revitalisation du centre-ville. Un second pan de la mission concerne la programmation pour l'aménagement du centre-ville et la proposition d'actions cette fois pour accompagner les mutations sur le bâti privé. Une troisième mission consiste à formuler des scénarios d'aménagement thématisés.

Etude de programmation pour la réalisation du schéma de secteur du centre-ville élargi de la commune de Petite-Île : Accéder à la consultation de la SPL Grand Sud sur E-marchespublics.com

Des réflexions autour des projections "Quelle Petite Île de demain ?", faisant écho au plan Petites villes de demain, ont déjà été engagées.
> Consulter l'état des lieux de ces réflexions

Des missions pour préparer la troisième tranche et l'extension de la ZAC Cambrai

Pour la ZAC Cambrai, la SPL Grand Sud lance plusieurs missions concernant la 3e tranche et l'extension Ouest (dite Cambrai), différées en raison notamment de problèmes d’hydraulique et d’assainissement eaux usées (mais c'est désormais possible suite à la réalisation des travaux de dérivation de la ravine Carambole) : des études préliminaires, la maîtrise d'œuvre des espaces publics et des VRD, et l'élaboration des études et dossiers réglementaires.

La ZAC Cambrai, d’une superficie de 26 ha au total, a été créée en 1991 et a été partiellement réalisée entre 1994 et 1998. La première et la deuxième tranche totalisent 71 logements locatifs, 40 en accession sociale, 17 lots libres, un gymnase, un équipement petite enfance.

Pour cette dernière étape, 13 hectares environ sont concernés, répartis sur les deux secteurs. L’organisation de ce nouveau quartier, qui doit participer à la structuration du centre-ville, devra intégrer une approche environnementale de l’urbanisme de type écoquartier. La SPL va aménager des terrains pour accueillir des logements aidés conformément à la politique du logement développée dans le contrat d’objectif foncier qui fixe la programmation de logements sociaux dans les années à venir - sera toutefois recherchée la mixité en termes de produits (locatifs et accession) mais aussi de type d’habitat immeubles collectifs, maisons en bande et habitat intermédiaire. L'aménageur aura aussi à réserver des terrains pour la réalisation d’équipements publics et des services de proximité et continuer le désenclavement du secteur par la création d’une voie nouvelle.

Missions d’études pour l’Operation d'amenagement de la zac cambrai 3ème tranche et extension : Accéder à la consultation de la SPL Grand Sud sur E-marchespublics.com

Pour définir les conditions de faisabilité technique, administrative et financière de cette opération lui permettant de confirmer son opportunité, d’en arrêter précisément la localisation et le programme, et d’en préciser les modalités de réalisation éventuelle, la commune a donc lancé donc un programme d’études pré-opérationnelles, qu’elle a confié en mandat à la SPL Grand Sud en octobre 2012. Dans le cadre de ce mandat d’études, la SPL Grand Sud intervient au nom et pour le compte de Petite Île.

Un coordonnateur en matière de sécurité et de protection de la santé est en cours de désignation ainsi qu’un assistant pour une approche environnementale de l’urbanisme.

Lucie ROMANO, Rédactrice en chef adjointe de Cadre de Ville


DECOUVREZ TOUS LES ARTICLES DE NOTRE PARTENAIRE CADREDEVILLE


Inscrivez-vous gratuitement sur cadredeville.com et bénéficiez d’un essai offert pour accéder aux derniers articles, jurisprudences, et commentaires d’arrêts de la rédaction de Cadre de Ville.


Inscription gratuite à l'édition ville
Inscription gratuite à l'édition juridique

Les derniers articles pour vous :

Vous avez dit innover ? Micro tendu à Pascal Popelin, le directeur général de Séquano Aménagement

Marseille : critiquée par la Cour des comptes, la Soleam veut nouer un 'partenariat fort' avec la SPLA-IN

Loi 'Justice' : des impacts pour le contentieux de l'urbanisme et de l'environnement

Évaluation environnementale – Le Conseil d’État enjoint au gouvernement de modifier la réglementation



ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées