Accueil -  Actualités - En Corse, la ville de Corte se revitalise en marchant

Le 10/05/2021 à 10h

En Corse, la ville de Corte se revitalise en marchant

Après avoir signé la convention d'opération de revitalisation du territoire le 26 avril, Corte lance une étude urbaine pour définir de grands principes d’aménagement et établir une charte des espaces publics. L'établissement d'une programmation urbaine et d'une composition spatiale à l’échelle de la ville, nourrira une stratégie prospective à long terme. Le maire "souhaite associer l'ensemble des Cortenais", pour "garantir l’appropriation du projet par les habitants".

En Corse, la ville de Corte se revitalise en marchant

Un site "exceptionnel", qui a perdu sa cohérence au gré des extensions pavillonnaires. À la recherche d'un urbaniste pour définir de grands principes d'aménagement dans le cadre de son opération de revitalisation du territoire, dont la convention a été signée lundi 26 avril avec la ministre de la Cohésion des Territoires Jacqueline Gourault, Corte, éligible au Plan Petites Villes de Demain, va approfondir les premières orientations tracées dans la convention d'ORT, pour trouver un nouvel élan. De fait, le contenu du projet partenarial qu'est l'ORT va se remplir de nouveaux contenus au gré de l'étude qui cherche son urbaniste, qui sera accompagnée d'une démarche de "co-conception" associant les habitants. De nouveaux partenaires de l'ORT pourraient y entrer, et les financements publics pourront être fléchés vers des projets précis. Ils seraient conditionnés à l'ambition du projet urbain, et au chiffrage des aménagements - avec prise en compte d'éventuels déficits.

La mission est explicitement inscrite (et co-financée) dans les actions listées dans la convention d'ORT. Cependant, elle se déroulera sur un périmètre plus large que celui de l'ORT. Elle s’articule autour des enjeux suivants : la mise en valeur du paysage, de la ville et du patrimoine, à travers les routes territoriales, les voies ferrées et les itinéraires piétons, la structuration d’une trame d’espaces publics, la réduction de la place de la voiture en ville, la résidentialisation des copropriétés et de l'ensemble de logements sociaux, la mixité fonctionnelle et l'optimisation des possibilités de construction en mobilisant des dents creuses et des délaissés urbains.

Mettre en valeur les jardins le long des rivières

La commune souhaite notamment aménager un maillage piéton reliant les pôles d’enseignement (Corte accueille l'unique université de Corse), sportifs et d’activités. Elle veut aussi proposer des "boucles de découvertes du territoire" et établir une charte d’occupation du domaine public. En matière de mobilités, elle réfléchit à la manière de clarifier la circulation et d'organiser différemment l’offre de stationnement.

Autre enjeu majeur, la mise en valeur des jardins situés le long des rivières qui traversent la ville, ainsi que la requalification des extensions périphériques récentes, pour renforcer les liens avec le centre-ville. La commune a aussi besoin de recommandations architecturales par rapport aux périmètres de protection des Monuments historiques, sites classés et en matière réhabilitation du bâti, soutenue par l’opération d'amélioration de l'habitat menée parallèlement pour limiter l'étalement urbain.

La commune souhaite associer la population et l’ensemble du conseil municipal "pendant la durée du projet." La conception globale devra s’articuler avec les réflexions en cours concernant l'aménagement du parc de Chabrières (un site de 11 hectares situé route d’Aleria que la commune souhaite acquérir, et pour lequel une assistance à maîtrise d'ouvrage est en cours de recrutement), l'opération visant à mettre en valeur et améliorer la desserte de la Vallée de la Restonica pour les touristes, et le projet de réaménagement de la citadelle et des abords du musée dédié à l'histoire de l'île, porté par la Collectivité de Corse, actuellement au stade de la faisabilité.

Gabrielle TROTTMANN, journaliste à Cadre de Ville


DECOUVREZ TOUS LES ARTICLES DE NOTRE PARTENAIRE CADREDEVILLE


Inscrivez-vous gratuitement sur cadredeville.com et bénéficiez d’un essai offert pour accéder aux derniers articles, jurisprudences, et commentaires d’arrêts de la rédaction de Cadre de Ville.


Inscription gratuite à l'édition ville
Inscription gratuite à l'édition juridique

Les derniers articles pour vous :

Epfif : 'Nous nous voyons comme un facilitateur capable d'accompagner les innovations à se territorialiser'

Le Pré-Saint-Gervais requalifie les espaces publics de son centre, au diapason d'opérations à venir

Projet de loi Climat et Résilience : la réversibilité des bâtiments en sortirait renforcée

Documents d’urbanisme – Est-il possible de modifier le PLU après une enquête publique de régularisation ?



ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées