Accueil -  Actualités - Le juge administratif, l'avocat et la commande publique

Le 23/02/2017 à 16h

Le juge administratif, l'avocat et la commande publique

Vaste et riche mais aussi iconoclaste sujet que celui que l'on a choisi de traiter dans le cadre de cette première rencontre d'un cycle de conférence qui est appelé à être long et régulier entre la Cour Administrative d'Appel et le Barreau de Paris.

On a en effet l'habitude d'aborder le thème de la commande publique au travers de ses acteurs principaux, à savoir les acheteurs publics et les opérateurs économiques. On le traite sans doute moins au travers de ceux qui provoquent, défendent et jugent des actions contentieuses. L'achat public s'identifie en effet le plus souvent au travers des étapes de préparation, de passation et d'exécution des contrats qui en sont l'ossature juridique; contrats de marchés publics et de concessions qui, si l'on en croit un rapport sénatorial ( joliment intitulé de la défiance à la confiance) d’octobre 2015 représentent un montant de 400 milliards d'euros par an en y incluant les PPP. Un tel chiffre peut apparaitre démesuré et irréaliste...il représente pourtant 20% de notre PIB, ce qui correspond peu ou prou à la moyenne des États de l ´Union Européenne qui est de 18% selon les dernières études de la commission.

Le juge administratif, l'avocat et la commande publique

Alors quel peut être le rôle des juges et avocats dans ce domaine au si fort impact économique, et donc par la même social et politique?

D'abord, les juges et les avocats sont là pour faire respecter les principes et les règles qui gouvernent la matière. Les avocats, en provoquant pour certains, des contentieux face à des situations et décisions qu'ils estiment irrégulières, et en essayant pour les autres de démontrer que lesdites situations et décisions sont au contraire parfaitement légales; et les juges étant appelés à trancher entre ces deux positions et à donner raison à l'une d'entre elles au nom de la légalité mais aussi de l'intérêt général, de la loyauté des parties au contrat, de la stabilité des relations contractuelles voire de l'équité entre les cocontractants. Il s'agit là d’un élément essentiel de la bonne application du droit de la commande publique. La commission européenne opère d'ailleurs chaque année un classement de ses États membres sur ce point, en fonction de différents critères dont le nombre de contentieux lancés par les opérateurs économiques directement devant elle ou les juges du Luxembourg et, en liaison avec cela, l'efficacité et l'effectivité de leurs mécanismes internes de recours. En fonction de ces critères, l'Etat Français est plutôt bien classé, preuve sans doute de la maturité de son système de recours en matière de contrats de la commande publique...

Ensuite, et en liaison avec cela, les juges et les avocats participent pleinement à l'élaboration des règles de la commande publique, dans un domaine en évolution et mutation constantes. Les derniers textes entrés en vigueur, tant s'agissant des directives de 2014 que de l'ordonnance du 23 juillet 2015 et de son décret d'application du 25 mars 2016, ont pris en compte la jurisprudence européenne et interne relative aux marchés publics et aux concessions. Pour donner ne serait-ce qu'un seul exemple, le sourcing - terme paradoxalement jamais utilisé dans les textes- a d'abord été en quelque sorte adoubé par la jurisprudence tant de la CJUE que du Conseil d’Etat avant d'être gravé dans le marbre des directives et de leurs textes de transposition.

Mais cette participation à l'élaboration et à l'évolution des règles de droit revient surtout au juge, administratif en l'espèce même si le juge judiciaire peut être amené à être saisi de contentieux de marchés publics souscrits par des structures de droit privé dès lors que, en vertu de l'article 3 de l'ordonnance de 2015, seuls les marchés publics passés par des personnes morales de droit public sont des contrats administratifs.. L'avocat a t'il lui aussi un rôle à jouer en la matière? De par ses plaidoiries mais aussi et surtout, dans un domaine où elles revêtent une grande importance, ses écritures, assurément. Les magistrats administratifs rappellent régulièrement cette importance pour eux des requêtes et mémoires en réplique élaborés par les avocats, dans un domaine particulièrement technique où la qualité de la démonstration et de l'argumentation peut se révéler décisive. Et cette importance est encore plus aiguë dans les procédures de référés, où magistrats se retrouvent seuls et ont évidemment besoin d'écritures de qualité pour s'imprégner au mieux des problèmes qui leurs sont soumis avant d'entendre les arguments des parties à l'oral.
Au-delà des audiences et des moments de contentieux, il est indispensable de développer un dialogue entre les juges et les avocats, surtout à nouveau dans une matière aussi complexe et mutante que celle des contrats de la commande publique. Si les nouveaux textes de 2015 et 2016 n'ont pas véritablement bouleversé les règles et principes applicables aux contrats de la commande publique, assis sur un socle solide, ils ont provoqué suffisamment de changements pour nécessiter un temps suffisant d'explication et d'appréhension afin que les acheteurs publics mais aussi les magistrats et les avocats puissent se les approprier...d'où le dialogue susvisé, qui est d'autant plus une ardente obligation que le droit des marchés publics et concessions semble être frappé par un mouvement perpétuel d'évolution. En témoignent ainsi les effets de la loi Sapin 2, votée en décembre dernier, qui a confié au gouvernement le soin d'adopter par ordonnance d'une part un code des contrats de la commande publique et d'autre part un régime de passation pour les conventions d'occupation domaniale. Rendez-vous en 2018 pour échanger et dialoguer sur la parution de ces textes et leur impact sur le quotidien des juges et avocats intervenants en la matière...

Jean-Marc PEYRICAL
Cabinet Peyrical & Sabattier
Président de l’APASP

ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées