Accueil -  Actualités - Relier Lyon à Turin par un tunnel : une gestion pointue des risques pour un ouvrage hors-norme

Le 26/04/2018 à 19h

Relier Lyon à Turin par un tunnel : une gestion pointue des risques pour un ouvrage hors-norme

La France et l’Italie se sont réunies autour d’un projet de grande envergure : relier Lyon à Turin grâce à une nouvelle liaison ferroviaire. TELT (Tunnel Euralpin Lyon Turin) est le promoteur public en charge de la réalisation puis de la gestion de la section transfrontalière de cette future liaison. Lors de la dernière session d’études de l’Association pour l’achat dans les services publics (APASP) qui s’est tenue les 5 et 6 avril derniers, Maja Della Vedova, chargée du contrôle interne et de la gestion des risques chez TELT, a relaté les mesures mises en place pour atténuer les risques dans la réalisation de cet ouvrage hors-norme.

Face au coût de ce projet, 8,6 milliards d’euros, TELT a voulu mettre en place une réelle organisation autour de la minimisation des risques. L’aboutissement de cette idée s’est concrétisée en janvier 2018 avec la création d’un poste de « Risk Manager », aujourd’hui occupé par Maja Della Vedova. Parmi ses nombreuses missions, elle est notamment chargée d’établir et de communiquer la philosophie de la société en matière de gestion de risques, d’assister les responsables de processus dans l’identification et l’atténuation des risques ou encore d’élaborer des outils appropriés tels que les « Risk Assessment », traduit par « évaluation des risques ». Cet outil se matérialise par un groupe de travail qui va identifier les risques et les évaluer. L’évaluation du risque se fait grâce à deux facteurs que sont la probabilité de survenance du risque et l’impact potentiel. Grâce à cela, TELT a connaissance du niveau de criticité d’un risque et peut ainsi mettre en place des actions pour le gérer. Au second semestre 2017, TELT a identifié grâce à cet outil 360 risques, dont 271 risques de niveau moyen et élevé.

Maja Della Vedova a également déclaré que 100% des opérations subissaient un contrôle préventif. Ce contrôle de premier niveau « est le plus important car il implique l’ensemble du personnel des directions ». A posteriori, de nombreux contrôles sont également faits de manière aléatoire afin surveiller le déroulement correct des procédures. Pour déterminer les risques susceptibles de survenir, TELT a défini un contexte prenant en compte les environnements externe et interne dans lesquels évolue cette opération. Par exemple, au niveau externe, pour évaluer le risque d’infiltrations mafieuses et de corruption dans le secteur des travaux publics en France et en Italie, TELT a mené une étude sur l’économie locale et la présence de criminalité organisée. Cela a également permis à la société de recenser quatre grandes catégories de risques. Ce sont notamment ceux qui entravent le respect des délais et des coûts de réalisation du projet ou ceux qui portent atteinte à l’environnement ou qui pourraient engendrer des accidents de travail. « TELT se voit confier d’importantes sommes d’argent public. Elle doit donc se montrer fiable et posséder une culture solide du contrôle ».

L'Apasp

Relier Lyon à Turin par un tunnel : une gestion pointue des risques pour un ouvrage hors-norme



Focus sur 7 exemples de risques



- Risque lié à l’organisation : attribution des délégations
- Risque lié aux actions d’expropriation : surveillance des zones acquises
- Risque lié à la conception : garantie du savoir-faire
- Risque lié au planning : respect du programme
- Risque lié à l’environnement : vérification des compétences
- Risque lié à la sécurité : certitude des contrôles
- Risque lié à la corruption : segmenter les étapes du processus d’approbation

ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées