Accueil -  Actualités - OPEN DATA : qu'est ce qui attend les acheteurs ?

Le 16/11/2017 à 18h

OPEN DATA : qu'est ce qui attend les acheteurs ?

Parmi les défis qui vont se présenter aux acheteurs publics et aux opérateurs économiques en 2018 figure celui de l'Open data.
Au même titre que le fameux DUME, il reste pour beaucoup d'acteurs un objet mal voire carrément non identifié.
Pourtant, à compter du 1er octobre prochain et donc dans moins d'un an, le mécanisme de l'Open data s'imposera pour tous les marchés d'un montant supérieur à 25000 euros (décret 2017-516 du 10 avril 2017).
Même si certains d'entre eux ont d'ores et déjà pris de l'avance, la grande majorité des acheteurs va devoir rapidement s'organiser en conséquence.

OPEN DATA : qu'est ce qui attend les acheteurs ?

L’importance du profil d’acheteur

Les acheteurs publics devront donc offrir sur leur profil acheteur un accès libre, direct et complet aux données essentielles des marchés publics pour lesquels la passation aura été initiée après le 1er octobre 2018 ; données qui devront y figurer pendant au moins 5 ans.
Première question qu'il est légitime de poser : qu'est-ce qu'un profil acheteur ? Pour répondre simplement, il s'agit d'un site ou d'une plateforme électronique qui offre les outils nécessaires à la dématérialisation des marchés publics.
Concrètement, ainsi, les acheteurs peuvent opter non pas pour une plateforme mais pour le site propre à leur structure. Mais ledit site devra dans ce cas respecter les contraintes imposées par la règlementation, tant en termes de sécurité (le profil devant assurer l'intégralité des données et garantir la confidentialité des candidatures et offres jusqu'à l'expiration du délai de présentation) que de technique (horodatage en tant que garantie de traçabilité, interopérabilité avec les systèmes d'information, accessibilité des données), ce qui nécessite une certaine organisation et des moyens adaptés...

A ce titre, un arrêté du 14 avril 2017(JO 27 avril texte 24) relatif aux fonctionnalités et exigences minimales de profils d'acheteurs a été adopté. Outre les AAPC et documents de consultation, la réception et la conservation des candidatures et offres, les réponses aux questions des opérateurs ou encore, sans être exhaustif, l'obtention des documents justificatifs et moyens de preuve s'ils ne sont pas obtenus par d'autres administrations, il rappelle que les profils ont donc également pour objet de publier les données essentielles relatives à l'Open Data.
Un autre arrêté du même jour (JO 27 avril texte 25) dresse la liste des données en question, parmi lesquelles on trouve la date de notification du marché, la date de publication des données essentielles du marché initial, la procédure de passation utilisée, l'objet du marché, le lieu principal d'exécution, le montant et la durée du marché en nombre de mois, le nom de son ou de ses titulaires ainsi que tous les éléments relatifs à ses éventuelles modifications ( objet, durée, montant, date de signature...).

Objectif transparence?

Parmi les données devant donc être publiées sur le profil acheteur figure le numéro d'identification du marché, que l'acheteur doit créer au plus tard deux mois après la notification du marché ou de l'avenant. On peut ainsi en déduire que l'acheteur dispose de deux mois maximum pour publier les données requises sur son profil. Il n'est bien évidemment pas prévu de sanction en cas de non-respect soit de ce délai, soit du contenu des publications demandées. Et même si, en principe, une action en responsabilité contre l'acheteur récalcitrant est toujours envisageable, on peut légitimement douter de son aboutissement voire même de sa recevabilité.

Il reste que bon nombre d'acheteurs restent réservés à propos de ce qu'ils ressentent comme de nouvelles contraintes, sans remettre en cause leur objectif de renforcement de la transparence. N'ayant pas l'habitude de rendre publics des documents comme les avenants à leurs marchés, ils craignent une recrudescence des contestations contre de tels actes. De même, sans la encore douter de son utilité en termes statistique, l'obligation de déclarer leur profil sur un portail interministériel unique n'est pas sans gêner certains, qui y voient un nouveau droit de regard et de contrôle de l'Etat sur le déroulement de leurs marchés.

ARTICLES RECENTS :
Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser
Le 25/10/2022 à 14h

Île-de-France : un quart des hectares vendus par an sont des fonciers à urbaniser

Alors que la région capitale affiche une trajectoire ZAN exemplaire en hectares consommés, mais aussi en densité de construction, l'Observatoire du foncier estime que près de 3 000 ha sont cédés pour l'urbanisation, chaque année depuis 10 ans, soit en valeur 8,5 milliards, le cinquième des 42 milliards du marché global. La moitié de ces 8,5 milliards concerne des terrains déjà bâtis - donc du renouvellement urbain. Les professionnels de l'aménagement représentent 86% des acquéreurs. Cette première mise en évidence de la chaîne du foncier dans la région intervient sur fond de stabilisation du marché d'ensemble des terrains dans la région. Présentant non pas les derniers chiffres de conjoncture, mais "une note de tendance", qui prend du recul sur les phénomènes à l'œuvre dans la région capitale dans les marchés fonciers. L'Observatoire régional du foncier, l'ORF, met en évidence, ce 20 octobre 2022, une tendance de fond à la baisse en 2020 puis une stabilisation des cessions à titre onéreux. Depuis 2019, maintenant que les chiffres de l'année 2020 fournis par l'administration des finances publiques sont consolidés, il se confirme que tous les indicateurs ont baissé jusqu'à un quatrième trimestre en fort rebond, où 19 000 transactions ont été enregistrées. Le nombre annuel des transactions est cependant tombé, de 66 000 en 2019, à 60 000 (-9%), les superficies échangées de 16 000 à 14 000 ha (-11,5%), et les valeurs échangées de 47 à 40 milliards d'euros (-14%). Ce mouvement à la baisse est particulièrement plus marqué autour des futures gares de transport en commun : celles du Grand Paris Express, celles d'Eole et de la ligne 11 du métro. L'ORF recense 2 600 transactions (-21%), 3,5 milliards de volume financier (-43%), et 242 hectares échangés (-27%). La ligne 15 sud reste la plus active avec 600 transactions , dont la moitié dans cinq gares : Fort d’Issy, Saint-Maur-Créteil, Villejuif-Louis-Aragon, Champigny-Centre et Vitry-Centre.

Lire plus
835 634  entreprises enregistrées